03
décembre
Par

Alan Hocquet est un passionné. Passionné de musique et d’architecture. Alors cet étudiant de 22 ans a choisi les deux : étudier en double cursus architecte et ingénieur en génie civil à l’INSA Strasbourg, tout en continuant le piano au Conservatoire. On peut réussir dans les deux, dit-il. Et le statut de musique-études y aide.

par Stéphanie Robert


De racines irlandaises, Alan Hocquet joue du piano depuis qu’il a 13 ans. Il l’a étudié dans l’école de musique de son village lorrain, puis au Conservatoire de Metz et, depuis qu’il est entré à l’INSA Strasbourg en 2015, au Conservatoire de Strasbourg.

En terminale, il a choisi l’INSA Strasbourg pour obtenir les diplômes d’architecte et d’ingénieur. Il est fasciné par l’architecture depuis l’enfance. Pour lui, l’ingénierie est à l’architecture ce que le solfège est à la musique : la théorie. « Architecte et ingénierie sont indissociables, nous sommes la seule école qui forme aux deux métiers, c’est un réel atout ». Il est aujourd’hui en 4e année du double cursus architecte ingénieur, après la première année appelée « sciences, techniques et humanités » (STH) et trois années de formation commune aux architectes et ingénieurs (en savoir plus sur le double cursus architecte ingénieur à l’INSA Strasbourg). Il passe cette année et la suivante avec les étudiants en génie civil.

Aménagements

Depuis 2015, l’INSA Strasbourg lui a accordé le statut de musique-études. À l’instar des étudiants sportifs de haut niveau, il bénéficie d’aménagements horaires pour suivre ses cours (trois par semaine), assurer les concerts, les auditions, les examens. En première année, il a également pu dédier un de ses cours électifs au piano.

La musique est pour lui un exutoire, il en besoin pour exprimer ce qu’il ressent, pour lâcher prise. « Le soir, je peux aller au Conservatoire où j’ai la chance de pouvoir jouer pendant des heures, seul au piano à queue. Il a toujours été pour moi un moyen de m’évader, de m’oublier. J’en ai besoin, mes études sont assez prenantes ».

« Le cœur qui bat »

La musique, tout comme les études d’architecture, lui apprennent à maîtriser son stress, à gérer les imprévus, à improviser pour trouver des idées et des solutions rapidement, à être créatif et réactif. Après avoir étudié la musique classique, il s’adonne maintenant au jazz, et notamment à l’improvisation. Il voit un parallèle dans ces deux apprentissages : la montée d’adrénaline, le cœur qui bat, l’impératif de trouver une idée en peu de temps. « J’ai réussi le concours d’architecture de l’INSA Strasbourg tout en étant au Conservatoire. On peut réussir dans les deux domaines. Je suis très chanceux d’avoir trouvé ce qui me plaît vraiment. Je remercie ma famille et l’INSA Strasbourg, qui m’ont toujours soutenu » dit-il.

Les étudiants et personnels de l’INSA Strasbourg ont pu l’entendre jouer au gala de remise des diplômes, ou au Congrès des architectes au Palais de la Musique. Ses compositeurs de prédilection sont les romantiques, en particulier Chopin et Rachmaninov (le concerto pour piano numéro 2, recommande-t-il), et Bill Evans en jazz. Depuis qu’il est à l’INSA Strasbourg, il aime également pratiquer le dessin, très important dans la formation et la culture architecte INSA Strasbourg. Pour la musique, le dessin ou l’architecture, la clé est l’entrainement.  « “Practice, practice” me disait toujours mon grand-père irlandais ».

Construire des salles de musique

Après avoir réalisé ses stages au Luxembourg, à Chypre et en Irlande, il projette de partir en semestre d’échange à l’étranger l’année prochaine. Le Mexique ou Taïwan ont sa préférence. Son rêve serait d’exercer dans un cabinet d’architecture qui a cette double culture architecte et ingénieur, et… de construire des salles de concert, des conservatoires ou des opéras !

Propos recueillis par Stéphanie Robert

Crédit photo : Klaus Stoeber

Dans les mêmes thématiques :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *